A Fukushima, le gouvernement japonais assassine sa population…

Une vidéo mise en ligne par la population de Fukushima jette un pavé dans la marre. Alors que la contamination radioactive n’a jamais cessé, le gouvernement refuse d’aider les parents à mettre leurs enfants à l’abri. Pire encore, les mesures prises pour contrôler l’information et préserver la ligne officielle visent à contraindre les habitants à rester chez eux. Un comportement délibéré qui pourrait bien être caractérisé de crime…

Au Japon, la colère gronde et la vérité éclate…

Dans la ville de Fukushima, comme dans tout le reste du Japon, la colère gronde… De plus en plus de citoyens se retrouvent au sein d’associations. Inquiets pour la santé de leurs enfants, ils s’informent sur la radioactivité, interrogent les spécialistes de la contamination radioactive, procèdent à leurs propres mesures… Ils cherchent ainsi à comprendre tout ce que leur gouvernement ne leur dit pas. Et, quatre mois après le début de la catastrophe nucléaire, les japonais accusent maintenant leur gouvernement de les avoir sacrifiés. Alors que l’on sait aujourd’hui que des zones entières sont contaminées par les particules radioactives échappées de la centrale, le gouvernement refuse d’aider les habitants à évacuer. Pire, même, les centres d’accueils temporaires qui avaient été mis en place autour de la ville pour permettre aux familles de mettre leurs enfants à l’abri pendant quelques jours refusent maintenant de les accueillir. Ils ont reçu des consignes pour demander aux habitants de rester chez eux (http://mononomikata-kerogg.blogspot.com/2011/07/blog-post_14.html)...

Face au risque de contamination, on menace ceux qui veulent évacuer…

A Fukushima, des parents ont mis en place une pétition qui demande le droit d’évacuer (http://311fukushima.net/?page_id=83&lang=japanese). D’autres interpellent le représentant officiel du gouvernement en charge de l’urgence nucléaire, Akira Sato. Le 19 juillet dernier, ils n’ont pas hésité à filmer la séance pour montrer au monde entier la façon dont le gouvernement les traite. Alors qu’ils demandent avec insistance si Fukushima est un endroit sûr (« safe »), les représentants officiels ne répondent à aucune de leurs questions. Et quand les habitants demandent s’ils ont le droit d’évacuer, Akira Sato leur répond qu’il ne sait pas s’ils ont ce droit… Il laisse même planer une menace : « vous êtes libres d’évacuer, à vos propres risques ». Les citoyens continuent cependant de réclamer une aide financière et logistique. Mais les représentants officiels s’enferment dans le silence et refusent de prendre les échantillons d’urine des enfants de la ville, alors que le gouvernement avait promis de procéder à des analyses. Pour seule réponse, Akira Sato et ses collaborateurs quittent la salle, sans un mot. La vidéo, sous-titrée en anglais, montre le courage et la colère des habitants de Fukushima :

La traduction complète de la vidéo est disponible sur les pages d’informations de l’Appel pour Fukushima : http://www.appealforfukushima.com/en/nvsi/117-japanese-government-killing-its-own-people-in-fukushima.html

Le mépris et l’agressivité pour imposer le silence

Ce qu’ils veulent montrer à travers cette vidéo, c’est la façon dont le gouvernement les traite. Car, au Japon, rien n’est vraiment mis en place pour protéger la population. Pourtant, la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi n’est toujours pas stabilisée, et continue de laisser échapper des particules radioactives dans l’air et dans l’eau. Le 20 juillet, des particules de Tellurium 132 ont d’ailleurs été détectées dans la province d’Aizu (préfecture de Fukushima). Ces particules ont une durée de vie très courte (3,2 jours de demi-vie), preuve que la contamination continue (http://tetsuro999.blog.eonet.jp/default/2011/07/132-a30d.html). Mais le gouvernement japonais a décidé de maintenir sa ligne : il n’y a pas de danger, aucune mesure de protection ou d’évacuation n’est nécessaire… Du coup, ceux qui osent émettre des doutes et ceux qui clament leur colère de voir leurs enfants délibérément mis en danger sont taxés d’hystérie. Le gouvernement cherche à les marginaliser, en les traitant de « parents monstrueux » (http://nuclearhistory.wordpress.com/2011/07/13/the-japanese-human-radiation-experiment-rolls-on/). Certains rapportent aujourd’hui comment les crèches et écoles refusent désormais les repas préparés à la maison pour obliger les enfants à manger les préparations de la cantine. Alors que l’on sait aujourd’hui que certaines crèches ont servies du bœuf contaminé au Césium (http://ex-skf.blogspot.com/2011/07/240-children-in-3-nursery-schools-in.html)... Les « experts » du gouvernement, comme le Dr Shunichi Yamashita, expliquent régulièrement que les gens qui sourient ne sont pas affectés par les radiations (http://fukushima.over-blog.fr/article-france-et-japon-memes-methodes-mensonge-et-obscurantisme-sur-la-radioactivite-78363664.html). En clair, si certains enfants développent un cancer, ce sera à cause du stress de leurs parents. Des méthodes que l’on connait bien en France, puisque les parents des enfants de Saint-Maur-des-Fossés ont eu droit à la même argumentation (contamination accidentelle de 2010).

Le gouvernement japonais a peur de Facebook et de Twitter

C’est donc une véritable bataille pour l’information que livre le gouvernement japonais. Une ordonnance a même été adressée aux principes organes de communications (télé, radio, presse écrite, webmasters…), leur demandant expressément de censurer tous les articles et commentaires allant à l’encontre des communiqués officiels (http://www.soumu.go.jp/menu_news/s-news/01kiban08_01000023.html). Le gouvernement consacre en fait plus de 130 millions de yens pour surveiller et neutraliser les « mauvaises » informations (http://www.tokyo-np.co.jp/s/article/2011072390070642.html). Il est vrai que, après le séisme, le tsunami et la catastrophe nucléaire démarrée le 11 mars 2011, le Japon ne sait vraiment plus quoi faire de son argent… Des centaines de milliers de personnes vivent entassées dans des gymnases, des zones entières du pays sont à reconstruire, l’économie japonaise est au bord du gouffre, l’agriculture du pays est morte, la contamination qui s’accroit pourrait rendre tout le territoire inhabitable… Mais l’important, semble-t-il, c’est de ne pas en parler… Aujourd’hui, l’Agence pour les Ressources Naturelles et l’Energie du Ministère de l’Economie, qui gère la « catastrophe médiatique », a décidé de s’attaquer plus particulièrement à Facebook et Twitter. Sur Facebook, On ne compte plus les fausses pages d’informations sur Fukushima et les faux profils, montés visiblement par des pro-gouvernementaux, qui diffusent de faux relevés de radiations ou cherchent à décrédibiliser tous ceux qui relayent les données des organisations indépendantes. Sur Twitter, les jeunes japonais s’étonnent de voir soudain disparaitre certains messages sensibles ou de perdre subitement la possibilité de retweeter…

La réponse du peuple japonais : colère et courage, et rester debout…

Alors que la culture japonaise est très emprunte de discrétion et rend difficile l’expression des sentiments personnels face au groupe, certains japonais n’ont pas hésité à se dresser pour protéger leurs enfants. Les parents du réseau de Fukushima (http://kofdomofukushima.at.webry.info/) et ceux du réseau national sont à ce titre exemplaires (http://kodomozenkoku.com/). Aujourd’hui, de nombreux hommes et femmes témoignant, y compris à visage découvert. Ils disent leur douleur d’avoir été à ce point trahis, et leurs angoisses pour leurs enfants : « Je suis une vieille femme, mais qu’adviendra-t-il de nos enfants ? Nous sommes de la merde japonaise : on nous demande de manger le lait et le riz et les légumes contaminés pour soutenir les fermiers », déclare une octogénaire japonaise sur le mur Facebook de l’Appel pour Fukushima (http://www.appealforfukushima.com/fr/). Et maintenant que les japonais ont pu prendre la mesure de leur propre courage, ils ne cessent de multiplier les actions pour faire plier leur gouvernement et le lobby nucléaire. Une pétition réclamant l’interdiction de l’utilisation des boues d’épuration contaminées comme engrais a déjà reçu plus de 1,23 millions de signatures (http://www.shomei.tv/project-1785.html). Une plainte pénale a même été déposée par le célèbre journaliste Takashi Hirose et l’écrivain Shojiro Akashi, contre les dirigeants de Tepco et les principaux responsables politiques en charge de la catastrophe nucléaire. Alors que 2/3 des japonais se déclarent hostiles à l’énergie nucléaire, la justice du pays se montrera-telle indépendante ? Une question a aussi été soulevée par l’un de nos compatriotes : pourquoi la France n’évacuent –elle pas ses ressortissants (http://www.republicain-lorrain.fr/actualite/2011/03/16/evacuations-du-japon-le-sos-d-un-lorrain) ? Pour information, 11.000 russes ont déjà été évacués (http://fr.rian.ru/world/20110311/188826099.html)...

Le saviez-vous ?

Les informations présentées dans cet article ont été recueillies grâce aux recherches du groupe Facebook Fukushima Informations (http://www.facebook.com/groups/Fukushima.informations). Si vous souhaitez soutenir les actions en cours, vous pouvez signer la pétition des parents pour l’évacuation des enfants de Fukushima (http://311fukushima.net/?page_id=83&lang=japanese) ou la pétition du parti écologiste japonais « Protéger les enfants de Fukushima (http://fukushima.greenaction-japan.com/2011/07/01/petition-02-protect-the-children-of-fukushima/#more-76). Vous pouvez aussi signer la pétition de soutien international Appel pour Fukushima (http://www.appeldefukushima.com/fr/).

Envoyer par mail

Auteur : - Le 25 juillet 2011

Commentaires

Publier un commentaire

Jmemêledetout

Merci infiniment pour cet article très étayé en sources diverses et édifiant quant au déni de responsabilité du gouvernement japonais. C'est terrifiant et scandaleux ce déni. Je fais suivre sur mon propre blog dans quelques instants avec renvoi chez vous bien sûr. J'ai trouvé le lien vers votre page dans les commentaires du blog de Paul Jorion. Merci le net d'être une toile qui nous permet d'accéder à la réalité que les medias conventionnels nous cachent soigneusement, non pas de leur gré, probablement, mais par pressions diverses.

30 juillet 2011 à 13h14

Répondre

Kna

Merci pour votre travail et cet article. Si cela peut être utile, voici un lien vers cette vidéo, mais retravaillée avec sous-titrage en Français : http://www.youtube.com/watch?v=FcHdaNg1AQQ
Bonne continuation.

30 juillet 2011 à 01h12

Répondre

David

Avec un lien cliquable ça sera mieux ;) http://www.youtube.com/watch?v=FcHdaNg1AQQ

04 mars 2012 à 18h52

vakenat

En France, on nous vantait le sérieux, le sang froid, le courage de la population Japonaise qui ne cédait pas à la panique... eh bien, il serait peut être temps qu'elle y cède... et vite.

27 juillet 2011 à 20h25

Répondre
Fukushima : la colère gronde et la vérité éclate

Dernières actualités

Société > Sujets d'actualité

L'UMP au bord de l'implosion

UMP au bord de l'implosion 2014

Alors que le Président de la République traverse une crise de ...

Lire la suite
Société > Sujets d'actualité

Le FN remporte haut la main les élections européennes

Marine Le Pen européennes 2014

Secousse, séisme, crise voir big-bang, les qualificatifs ne ...

Lire la suite

Vidéo du jour

Rafraichir une canette en 2 minutes...

Articles les plus lus

Société > Sujets d'actualité

Organisation d’un concours mini miss « relooké » fortement désapprouvée par l’UFR

concours de beauté mini miss

L’hypersexualisation des petites filles n’a pas ...

Lire la suite
Société > Sujets d'actualité

A Fukushima, le gouvernement japonais assassine sa population…

Fukushima : la colère gronde et la vérité éclate

Une vidéo mise en ligne par la population de ...

Lire la suite
Société > Sujets d'actualité

Go fast : une technique de transport illégale !

Voiture go fast

Savez-vous c’est que le Go-fast ? C’est un ...

Lire la suite

Suggestions d'articles

Fukushima : un appel international pour la population japonaise

Pétition mondiale pour Fukushima

Un mouvement de soutien aux habitants du Japon vient d’être lancé sur Internet. En ...

Lire la suite

Fukushima : vidéo choc de deux journalistes japonais

Radioactivité autour de la centrale nucléaire deFukushima

Une vidéo montrant les alentours de la centrale nucléaire de Fukushima fait le buzz sur ...

Lire la suite

Le fonctionnement d’une centrale nucléaire

centrale nucléaire

Pour comprendre ce qui se passe dans la centrale de Fukushima au Japon, il faut ...

Lire la suite

Centrale de Fukushima : situation explosive…

Réacteur 2 de Fukushima

TEPCO a annoncé hier avoir eu recours à un apport d’acide borique dans le réacteur n°2 ...

Lire la suite

Manifestation monstre à Tokyo contre le nucléaire

Manifestation monstre à Tokyo contre le nucléaire

Plus de 60.000 personnes ont défilé ce matin dans les rues de Tokyo. Ils exprimaient ...

Lire la suite
  • japon
  • Twitter
  • pétition
  • radioactivité
  • Facebook
  • Appel pour Fukushima
  • Fukushima
  • japonais
  • évacuation
  • gouvernement
  • vidéo