La dysmorphophobie

La dysmorphophobie est la crainte obsédante d'être laid ou malformé. C’est une maladie en tant que telle, car la préoccupation obsédante que la (ou le) malade a sur un défaut dans son apparence (parfois très légère comme des taches de rousseur, rides, petites cicatrices,...) voire un défaut imaginaire peut l’entraîner dans une dépression sévère et entraîner des tentatives de suicide. Cette maladie encore peu connue, n’est pas à prendre à la légère même si elle reste heureusement encore rare.

Les personnes souffrant de cette maladie ont une image dégradée et déformée d'elles-mêmes et craignent d’être rejetés par les autres à cause de cette apparence, dont elles ont une vision totalement déraisonnable. Elles se trouvent trop grosses, ont l’impression que les gens les trouvent moches.

La dysmorphophobie

La dysmorphophobie est une vision déformée du corps et du regard que les autres portent sur lui. La dysmorphophobie est comme son nom l’indique une phobie. Et le malade souffre d’une peur irraisonnée, de son propre corps et de son image, dont il a une image plus que négative.

Cette maladie est plus qu’un simple complexe que nous avons tous à un moment avec notre poids, notre taille, notre nez un peu long, nos seins trop petits, etc. Mais dans la dysmorphophobie, ce petit complexe vire à l’obsession délirante : le malade voit son problème physique de façon déformée, amplifiée, et pense que les autres ne voient que ça. Le malade a honte et la maladie devient un véritable handicap social. D’ailleurs, la dysmorphophobie est souvent associée à d’autres troubles psys : dépression, troubles du comportement alimentaire, troubles maniaco-dépressifs, anxiété, troubles obsessionnels compulsifs et autres phobies (agoraphobie notamment).

A savoir : les médecins voient l’anorexie comme une forme extrême de dysmorphophobie : quel que soit son poids, l’anorexique est toujours persuadée qu’elle est trop grosse, et qu’elle doit encore maigrir.

Les patients les plus touchés ?

Sans entrer dans le débat houleux sur l'apparence idéale, de jeunesse et de séduction, prônées par les médias et la publicité, on ne peut pas nier que  l'apparence est devenue l’une des seules manières d'exister pour certains. C’est pourquoi il n’est pas étonnant de voir que, bien que hommes et femmes soient touchés, se sont les adolescents et jeunes adultes qui souffrent le plus de la dysmorphophobie.

A savoir : selon certaines estimations, 1 à 2% de la population seraient touchés par la dysmorphophobie.

Pourquoi et comment ?

Les causes de cette maladie sont encore mal connues. Mais souvent cet état viendrait d’une angoisse provoquée par un événement. L’anxiété alors ressentie par la personne serait refoulée, mais exprimée par une focalisation obsessionnelle sur une partie de son corps. Généralement, le complexe porte sur un défaut imaginaire. Et même si il existe, ce complexe est exagéré par rapport à ce qu’il est. Mais, ce complexe génère une forte angoisse, constante, avec des pensées obsessionnelles accompagnées de problème de concentration et d’une phobie sociale mais aussi de troubles alimentaires et/ou de troubles obsessionnels compulsifs (Tocs). Son comportement change aussi : le malade peut passer de l'euphorie à une tristesse profonde, ce qui est commun chez les gens atteint de dysmorphophobie.

A savoir : il est commun que les gens atteints de dysmorphophobie aient des problèmes d'estime de soi, et une volonté de perfection accrue. Le malade a souvent pour habitude de demander à son Entourage de le rassurer sur son complexe.

Une maladie obsessionnelle

La dysmorphophobie est connue sous 2 formes : une forme accompagnée d'hallucinations et une forme sans hallucination. Les patients développent des pratiques rituelles compulsives pour couvrir leur(s) défaut(s) (comme rester longtemps face à un miroir pour tenter de se rassurer). Très souvent, les malades cherchent de manière compulsive des médecins, des médicaments ou ont recours à la chirurgie plastique. Mais malheureusement, certains peuvent aller loin pour améliorer leur apparence, et tenter l'auto-chirurgie voire en allant jusqu’au suicide.

Les traitements

Le traitement de référence est bien sur la psychothérapie. Mais le souci est de convaincre le malade qu’il a besoin de voir un psy, car pour lui son problème est véritablement physique et non psychologique. Souvent cela peut prendre du temps, mais une fois cette étape passée, la thérapie permettra de venir à bout de ce mal, parfois en quelques mois seulement. Les thérapies comportementales et cognitives ont fait preuve de leur efficacité. Des traitements médicamenteux (antidépresseurs), peuvent parfois être prescrits.

Le saviez-vous ?

Le terme «dysmorphophobie» a été introduit dans la littérature en 1886 par E. Morselli, pour désigner «une manifestation à caractère obsessif, de peur d’être ou de devenir difforme», mais c’est seulement en 1980 que ce syndrome a été défini comme entité nosologique à part entière par l’American Psychiatric Association. Elle regroupe un ensemble de préoccupations d’ordre corporel imaginaires ou éventuellement réelles, mais exagérées au point d’entraîner des troubles psychiques avec un lourd retentissement social ou professionnel.

Envoyer par mail

Auteur : M Le Coultre - Le 17 juillet 2009

Commentaires

Publier un commentaire

shyayny

Moi je ne me vois pas grosse au contraire je me trouve vraiment trop maigre ! tout le monde me dit que je suis bien comme ça quee je ne suis pas du tout maigre mais quand je me regarde dans le miroir j'ai l'impression de voir une personne tres maigre, mon copain me dit que j'ai des problemes pour penser ça ! Mais moi je me senq mal j'ai l'impression que tous les pantalons que je met ne me vont pas, qu'on me juge quand je passe , et depuis quelque temps je me suis mise a manger et a toujours éprouver une envie de manger, c'est une faim constante !! J'aimerai bien savoir si c'est pareil ou si c autre chose...

05 novembre 2011 à 15h35

Répondre

PATHY

Moi je pense que la manifestation des comportements inverses soi est aussi une maladie. La surestime de soi, ou la laissé aller, le manque de conscience sur ses défauts, l'absence de l'envie de prendre soin de son exterieur.

05 mai 2011 à 18h11

Répondre
peur de son corps

La dysmorphophobie est une crainte obsédante d'être laid ou malformé.

Dernières actualités

Société > Sujets d'actualité

Transition énergétique, la loi enfin dévoilée

Loi transition énergétique 2014

La transition énergétique est sans doute l'un des chantiers les ...

Lire la suite
Société > Sujets d'actualité

L'UMP au bord de l'implosion

UMP au bord de l'implosion 2014

Alors que le Président de la République traverse une crise de ...

Lire la suite

Vidéo du jour

Il ridiculise une Ferrari...

Articles les plus lus

Santé > Psycho

Le syndrome de Peter Pan, ou la peur de grandir

complexe de Peter Pan

Le syndrome de Peter Pan désigne l’incapacité à ...

Lire la suite
Santé > Psycho

La communication non verbale, ces petits gestes qui nous trahissent

langage gestuel

Les mots ne sont pas les seuls vecteurs ...

Lire la suite
Santé > Psycho

Erotomanie : l’amour fantasmé de l’érotomane

érotomane

L’érotomanie est une psychose aux causes mal ...

Lire la suite

Suggestions d'articles

La crise d'adolescence

ado alcool drogue delinquance

La crise d'adolescence est un passage obligé de tout individu en passe de devenir ...

Lire la suite

Le workaholism

workaholic

Tout le monde a déjà travaillé tard, emmené du travail à la maison pour terminer un ...

Lire la suite

Les troubles de l’humeur : on gère !

troubles de l'humeur

De bonne humeur, de mauvaise humeur, un caractère changeant, des périodes « up and ...

Lire la suite

L'art-thérapie

art-thérapie

L’art-thérapie, vue comme une alternative à la psychothérapie classique, est une ...

Lire la suite

La gestalt-thérapie

psychothérapie

La gestalt-thérapie est l'une des thérapies psychocorporelles les plus répandues. Elle ...

Lire la suite
  • obsession
  • corps
  • dysmorphobie
  • image négative
  • complexe
  • trouble psyschologique
  • phobies
  • médecin
  • dépression
  • psychothérapie
  • difforme
  • trouble du comportement alimentaire
  • maladie
  • anorexie
  • dysmorphophobie
  • traitement
  • maniaco-dépressif