Facebook croque WhatsApp pour 19 milliards de dollars

C'est une incroyable opération que vient de réaliser Facebook, le plus célèbre des réseaux sociaux. Tellement incroyable d'ailleurs que le monde du numérique et les investisseurs de la société fondée par Mark Zuckerberg sont encore dubitatifs. En effet l'entreprise américaine vient de s'offrir l'application de messagerie instantanée WhatsApp pour la très coquette somme de 19 milliards de dollars. Un investissement colossal même pour Facebook qui souhaitait mettre la main sur ce genre d'application après le refus de Snapchat d'être racheté pour 3 milliards de dollars. Le message est donc très clair, Facebook souhaite écraser la concurrence en terme de communication sur mobile et peser encore plus dans le monde du high-tech. Pourtant et même si le rachat de cette application peut se comprendre, le montant de la transaction pose de nombreuses questions, d'ailleurs et à titre de comparaison, l'application Viber qui vient elle aussi d'être rachetée n'aura coûtée « que » 900 millions de dollars au Japonais Rakuten.

 

Mais au fait, c'est quoi WhatsApp ?

WhatsApp, comme beaucoup d'autres applications, est né dans la Silicon Valley. A l'origine de la société, deux hommes, Brian Acton et Jan Koum. Le premier acquiert une solide expérience grâce à un diplôme d'informatique obtenu à l'université de Stanford et un parcours sans faute chez Apple, Adobe puis Yahoo. Le second est un émigré américain originaire d'Ukraine, lorsqu'il postule chez Yahoo pour travailler dans le domaine de la sécurité informatique, il est reçu par.. Brian Acton. Au fil des ans les hommes se lient d'amitié et ne perdent jamais contact alors qu'ils quittent le groupe Yahoo en même temps. Jan Koum profite de son départ pour créer la société WhatsApp que rejoint Acton alors qu'il s'est vu refuser l'entrée chez Twitter et... Facebook.
Les deux hommes développent alors l'application qui va faire leur succès. Cette dernière est une application de messagerie instantanée qui fonctionne sur tout type de mobiles, iPhone, Androïd et même Blackberry. Il s'agit pour les utilisateurs de pouvoir s'échanger du texte, des photos ou des vidéos en passant par le réseau internet. Plus besoin donc de passer par son opérateur de téléphonie mobile via les SMS ou MMS notamment. Une application très intéressante lorsque vous communiquez avec des personnes situées à l'étranger par exemple. L'application est gratuite pour la première année d'utilisation puis 99 centimes d'euros sont demandés annuellement quelque soit votre utilisation.
L'application, pourtant concurrencée par d'autres systèmes, arrive à séduire très rapidement de nombreux adeptes et décolle littéralement avant sa deuxième année d'existence, surclassant alors toutes les autres applications alors sur le marché.
Aujourd'hui, c'est 450 millions de personnes qui utilisent l'application à travers le monde. Plus de 70% d'entre eux l'utilisent d'ailleurs quotidiennement générant un volume de 10 milliards de messages échangés tandis que près d'un million d'individus supplémentaire seraient conquis par l'application chaque jour également. Des chiffres qui donnent le tournis et qui pourraient permettre à l'application de franchir la barre symbolique du milliard d'utilisateurs d'ici à 2 ans.

Facebook sort le chéquier et espère rafler la mise

Avec des chiffres de croissance sidérants et un engagement très important des utilisateurs, WhatsApp ne pouvait pas échapper à l'appétit insatiable des géants du web. Zuckerberg et Koum se sont rencontrés au printemps 2012 et ont peu à peu tissé des liens étroits jusqu'à ce dénouement, c'est à dire le rachat par Facebook de WhatsApp. Et pour se faire, l'entreprise a mis le paquet. Au total les 19 milliards se répartissent de la sorte, 4 milliards de dollars pour les fondateurs, 12 milliards pour racheter les actions de la société et enfin 3 milliards d'actions Facebook généreusement offertes aux dirigeants et employés de WhatsApp. Une offre que ne pouvait refuser WhatsApp et qu'aucun concurrent du réseau social ne pouvait mettre sur la table.
Alors pourquoi cette intérêt si précis et pressant pour WhatsApp ? Tout d'abord car le géant du social veut continuer à offrir à ses utilisateurs les meilleurs moyens de communication et d'échange du marché, cette acquisition le lui permet et avec la manière. En faisant un si gros chèque, Zuckerberg met un coup de massue à ses concurrents et se présente comme le leader incontesté dans les communications sur smartphone. Enfin et surtout, Facebook cherche un moyen de contrer la lassitude grandissante de ses utilisateurs. Déjà évoquée dans ses rapports annuels d'activité, les utilisateurs consomment de moins en moins Facebook. Pire encore, chez les jeunes américains notamment, le réseau social perd des membres au détriment d'autres plateformes qui connaissent un regain de succès, comme Twitter en particulier, ou un début de carrière foudroyant. L'acquisition de WhatsApp permet donc de mettre la main sur un potentiel concurrent et surtout sur ses 450 millions d'utilisateurs très actifs.
Pourtant il y a un hic. En effet, cet investissement compte bien être rentabilisé rapidement pour la firme, ce qui semble bien sûr logique. Le problème est que l'engouement pour WhatsApp réside en grande partie dans son côté gratuit (ou presque) et augmenter ses recettes consisteraient immanquablement à rajouter des publicités qui pourraient être jugées intrusives par les habitués. D'ailleurs le slogan initial de l'entreprise était "Nos ads, no games, no gimmicks", soit « pas de publicités, pas de jeux, pas de gadgets ». Un gros risque que vient donc de prendre Mark Zuckerberg alors que d'autres sociétés proposent et continueront à proposer ce genre de service gratuitement.

C'est donc un gros coup, un pari particulièrement risqué que vient de réaliser le géant américain des réseaux sociaux. Le cours de la société, au plus haut actuellement et qui valorise l'entreprise à plus de 173 milliards de dollars, sera un excellent indicateur quant à l'accueil de cette décision par les investisseurs de la firme. Une nette baisse s'était d'ailleurs déjà fait sentir en fin de séance hier. Les grands gagnants de cette opération sont donc essentiellement les fondateurs, les employés et les investisseurs de WhatsApp qui vont empocher un gros pactole. Néanmoins cette transaction record risque de créer un précédent et de générer une dangereuse bulle pour ce secteur technologique.

Envoyer par mail

Auteur : -

Commentaires

Publier un commentaire
Facebook WhatsApp 2014

Dernières actualités

Société > Sujets d'actualité

Transition énergétique, la loi enfin dévoilée

Loi transition énergétique 2014

La transition énergétique est sans doute l'un des chantiers les ...

Lire la suite
Société > Sujets d'actualité

L'UMP au bord de l'implosion

UMP au bord de l'implosion 2014

Alors que le Président de la République traverse une crise de ...

Lire la suite

Vidéo du jour

Une falaise s'effondre sur une plage...

Articles les plus lus

High-tech > Sites Internet

Agriaffaires : tout le matériel agricole d’occasion !

Annonces agricoles Agriaffaires.com

Le site de petites annonces ...

Lire la suite
High-tech > Sites Internet

eDreams.fr, agence de voyage très controversée

logo edreams france

eDreams est une agence de voyage en ligne basée ...

Lire la suite
High-tech > Sites Internet

MyP2P : le foot live et tous les sports gratuits en ligne

myp2p foot en direct

Si vous souhaitez regarder un match ...

Lire la suite

Suggestions d'articles

Facebook acquiert Instagram pour un milliard de dollars !

Instagram

Un milliard de dollars. C’est la somme déboursée par le géant de la toile Facebook pour ...

Lire la suite

Facebook : 4 % des mineurs inscrits ont moins de 6 ans

Un enfant consulte Facebook

Facebook, un réseau social qu’on ne présente plus. Si l’âge minimum pour disposer d’un ...

Lire la suite

« Highlight », la nouvelle fonctionnalité payante de Facebook

Facebook

Facebook est un des réseaux sociaux les plus utilisés au monde, mais cela, nul ne ...

Lire la suite

Journaldunet.com, le leader de l'information web pro

logo journal du net

Le site du journaldunet.com créé par BenchmarkGroup est un portail d'informations sur ...

Lire la suite

Facebook impose son application de messagerie instantanée

Facebook Messenger 2014

On ne présente plus Facebook, le plus célèbre des réseaux sociaux qui vient de souffler ...

Lire la suite
  • Facebook
  • économie
  • application
  • WhatsApp