L’écoconstruction

La montée des préoccupations écologiques n’épargne aujourd’hui aucun domaine, et elle se fait même de plus en plus pressante dans le secteur de l’immobilier. Son aboutissement ultime réside dans le principe de l’écoconstruction, reconnaissable aussi bien dans les démarches normatives entreprises au niveau national que dans les réalisations de particuliers, de type autoconstructions.

Apparu dans les années 1960, le principe de l’écoconstruction est resté très marginal en France jusqu’au début des années 1990.

Il s’agissait au départ de s’opposer au commerce de masse des produits de construction industriels, destinés dans un premier temps à accélérer la reconstruction d’après guerre (construction dite conventionnelle). Déjà à cette époque, la conscience écologique commence à pénétrer le secteur du bâtiment. Elle sera théorisée en Allemagne en 1969, via le concept de baubiologie qui étudie les relations globales entre l’environnement aménagé et ses habitants.

Phénomène typiquement français, l’écoconstruction ne se répand sur le territoire national qu’à partir des années 1990, à partir du moment où ses grands préceptes sont encadrés par des acteurs publics (administrations et organismes d’État) et formulés au sein de la norme de Haute Qualité Environnementale (H.Q.E.). Elle est aujourd’hui devenue une marque déposée, contrôlée par l’association H.Q.E., reconnue d’utilité publique depuis 2004.

Cependant, toutes les écoconstructions ne sont pas certifiées par la norme H.Q.E., pour la bonne et simple raison que la certification n’est pas obligatoire. Le plus souvent, ce sont des professionnels du bâtiment qui y font appel, aussi bien pour des constructions que des rénovations. Mais tous les constructeurs ne ressentent pas le besoin de faire certifier leurs constructions ; c’est le cas plus particulièrement de l’autoconstruction, qui constitue une part importante de l’écoconstruction, voire un aboutissement de la démarche.

Les principes de la construction écologique

L’écoconstruction désigne de façon globale la création d’un bâtiment qui respecte au mieux l’environnement et l’écologie, en s’intégrant le plus harmonieusement possible dans son milieu naturel. Pour cela, les écoconstructions (ou éco-habitats) utilisent des matériaux naturels et si possibles locaux, des énergies renouvelables, et peuvent parfois intégrer des systèmes de traitement des eaux.

Schématiquement, le principe de l’écoconstruction réside dans la combinaison de trois objectifs : construire efficace, sain et non polluant. En clair, le bâtiment doit être efficace dans sa rentabilité énergétique, c’est-à-dire qu’il doit être conçu de façon à limiter un maximum les dépenses d’énergie. D’autre part, la construction doit être saine pour empêcher le développement de maladies liées aux substances nocives que l’on trouve dans les habitats classiques ; c’est surtout dans le choix des matériaux que cette résolution se fait ressentir. Enfin, il s’agit de construire sans polluer, afin de ne pas nuire à l’écosystème environnant et, de façon plus globale, à l’environnement ; on choisit donc plus précisément des matériaux recyclables et de production locale (pour limiter la pollution due au transport).

La démarche H.Q.E. a repris ces objectifs en les formulant sous la forme d’une norme qui contrôle 14 points : relation harmonieuse du bâtiment avec l’environnement immédiat, choix intégré des procédés et produits de construction, chantier à faibles nuisances, gestion de l’énergie, gestion de l’eau, gestion des déchets d’activités, entretien et maintenance, confort hygrométrique, confort acoustique, confort visuel, confort olfactif, conditions sanitaires, qualité de l’air et qualité de l’eau. En fait, le bâtiment se plie difficilement à une normalisation globale. La norme H.Q.E. s’attache donc plus au management environnemental des projets qu’à des performances prédéterminées : il s’agit surtout de définir une méthodologie, une démarche globale.

Les modèles d’écoconstructions

Le plus rudimentaire des modèles d’écoconstruction, mais aussi le plus ancien, c’est l’habitat troglodytique (habitat creusé dans la roche). Il en est probablement l’exemple parfait, mais apparaît quand même assez mal adapté aux modes de vie modernes. Cependant, il faut noter que nombre d’anciens habitats troglodytiques sont aujourd’hui encore occupés, et ce même en France.

On trouve aussi beaucoup de maisons construites à base de pierre, de terre (pisé, torchis, adobe, terre crue…), de paille ou même de papier (obtention d’un liant papier proche du béton, à base de cellulose). La question de l’utilisation du bois reste sujette à polémique, certains considérant que les constructions en bois participent à la destruction de la biomasse et nécessitent des transports de matière première sur de longues distances, et qu’elles ne peuvent donc pas être considérées comme des écoconstructions. D’autre part, les isolants de l’éco-habitat sont traditionnellement constitués de laine, de ouate de cellulose, de plume d’oie, de paille, de chanvre, de terre ou de liège. Enfin, les toitures se présentent sous la forme de toits végétaux, de bardeaux de bois, d’ardoises ou encore de tuiles.

Cependant, on peut remarquer que la plupart de ces matériaux ne sont pas fréquemment utilisés par les artisans du bâtiment. A part pour la pierre et le bois, rares sont les professionnels formés à la mise en œuvre des matières nécessaires à l’écoconstruction. La tendance est en train d’évoluer, grâce à la demande de plus en plus forte des particuliers, mais la recherche d’un professionnel reste une démarche compliquée et les coûts de main d’œuvre peuvent s’en retrouver démesurés. C’est pourquoi la construction écologique reste, aujourd’hui encore, surtout visible dans le domaine de l’autoconstruction.

Enfin, un modèle particulièrement significatif des nouvelles tendances du bâtiment se trouve dans la bio-construction, ou construction biotique. À tous les principes de l’écoconstruction, ces maisons rajoutent les données issues de la géobiologie (respect des courants telluriques, champs magnétiques et réseaux d’eau souterraine). Elles mettent souvent en œuvre les préceptes du feng-shui. Par contre, les maisons bioclimatiques, passives, autonomes, traditionnelles ou encore solaires ne sont pas obligatoirement des écoconstructions (elles peuvent être construites avec des matériaux non recyclables, ou même nocifs pour la santé).

Le saviez-vous ?

Dans le domaine de l’écoconstruction, l’Agence De l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie (A.D.E.M.E.) joue un rôle d’accompagnement des acteurs de terrain et cherche à installer la notion de développement durable dans le bâtiment ; elle peut fournir de nombreux conseils et même un soutien financier. Elle propose d’ailleurs de nombreux guides consultables en ligne, ainsi que des documentations téléchargeables gratuitement sur son site (www.ademe.fr), dont la brochure « Bâtiment et Haute Qualité Environnementale ».

Envoyer par mail

Auteur : - Le 05 décembre 2007

Commentaires

Publier un commentaire
écoconstruction éco-habitat ecologie

L’écoconstruction désigne la création d’une maison qui respecte au mieux l’environnement et l’écologie.

Dernières actualités

Société > Sujets d'actualité

Transition énergétique, la loi enfin dévoilée

Loi transition énergétique 2014

La transition énergétique est sans doute l'un des chantiers les ...

Lire la suite
Société > Sujets d'actualité

L'UMP au bord de l'implosion

UMP au bord de l'implosion 2014

Alors que le Président de la République traverse une crise de ...

Lire la suite

Vidéo du jour

Une falaise s'effondre sur une plage...

Articles les plus lus

Immobilier > Construction

Les différents types de crépis

Les différents types de crépis

Le crépi est la dernière couche avant une ...

Lire la suite
Immobilier > Construction

Le certificat d'urbanisme

certificat d'urbanisme

Le certificat d'urbanisme est un document ...

Lire la suite
Immobilier > Construction

Construire une maison en brique

construire maison brique

La brique est un matériau noble et naturel qui ...

Lire la suite

Suggestions d'articles

Je construis ma maison en kit

maison en kit, en bois

Les maisons en kit ont le vent en poupe ! Moins chères à l'achat que les maisons clés ...

Lire la suite

Construction écologique : pensez au chanvre !

chanvre isolation

Voilà un matériau naturel idéal pour toute habitation écologique. On peut l’utiliser ...

Lire la suite

Les avantages et les risques de l’autoconstruction

autoconstruction

Devenir propriétaire de sa maison est un rêve de plus en plus inaccessible pour la ...

Lire la suite

Construire une maison écologique

construction maison en bois

Le critère écologique est devenu depuis quelques années l'un des principaux moteurs du ...

Lire la suite

Construire une maison en brique

construire maison brique

La brique est un matériau noble et naturel qui apporte un confort d'isolation optimal ...

Lire la suite
  • matériaux
  • maison
  • solaire
  • biomasse
  • écoconstructions
  • HQE
  • naturels
  • norme
  • bio-construction
  • isolant
  • bois
  • recyclable
  • environnement
  • confort
  • énergie renouvelable
  • ecohabitat
  • construction
  • éco-habitats
  • écoconstruction
  • ecologique
  • construction biotique
  • construire
  • ecologique