La Chine met en orbite 3 taïkonautes

La Chine poursuit avec succès sa route vers la conquête de l'espace. Hier, vers 11h38 heure de Paris, 3 astronautes chinois, dont une femme, installés dans la capsule Shenzhou-10 ont décollé du centre centre spatial de Jiuquan, situé dans le désert de Gobi. La fusée Longue Marche 2F a parfaitement remplie son rôle et les 3 astronautes, appelés taïkonautes en Chine, sont actuellement en orbite autour de la Terre pour une mission de 15 jours, la plus longue jamais réalisée par la Chine.

 

Nie Haisheng, Zhang Xiaoguang et Wang Yaping auront un programme chargé : expériences scientifiques, arrimage avec le module orbital Tiangong-1 et préparation des futurs vols habités. Retour prévu le 26 juin. Cet événement place une nouvelle fois la Chine en position de superpuissance mondiale et le président Chinois Xi Jinping en personne n'a pas manqué de se rendre au centre spatial pour encourager les taïkonautes et assister au décollage. Dès le succès du décollage établit, les médias chinois ont été fortement sollicité pour relayer l'information.

Vers une station spatiale 100% chinoise

Seules trois nations sont, ou ont été capables d'envoyer seules des astronautes en orbite, les Russes et les Etats-Unis bien sûr mais également la Chine depuis 2003. Les autres nations, comme la France, utilisent les lanceurs Américains et Russes pour rejoindre ISS, la station spatiale internationale. Avec le retrait du service de la Navette Spatiale américaine en 2011, seules les vaisseaux russes Soyouz, dont les capsules Shenzhou sont les descendantes directes, sont actuellement en charge du transport d'équipage. De fait, le programme Shenzhou place la Chine en 2ème position, derrière les Russes mais devant les Etats-Unis, pour le classement des nations capables d'envoyer des humains dans l'espace.

Taïkonautes Chinois Shenzhou 10
Fruit de plus de 40 ans de recherches scientifiques chinoises effectuées en partie avec la collaboration de la Russie, le programme spatial chinois en général et le programme Shenzhou en particulier est très ambitieux. L'objectif principal est en effet la construction et la mise en orbite basse d'une station spatiale 100% chinoise ainsi que l'exploration de la lune grâce à des robots. Ce programme s'inscrit dans la suite logique de l'avancée des scientifiques chinois en matière de conquête spatiale. Initié depuis le lancement du premier satellite artificiel chinois, le Dong Fang Hong I, en 1970 mis en orbite par le premier des lanceurs Longue Marche, il reflète la toute puissance de la Chine. Seules les Russes ont été capable d'avoir leur propre station spatiale, MIR, et même si les chinois se sont appuyés sur les connaissances des Russes, il n'en reste pas moins que la démarche reste colossale. A titre de comparaison, la Station Spatiale Internationale est le fruit de la collaboration entre les Etats-Unis, la Russie, l'Union Européenne, le Japon et le Canada.
 
Seulement 21 ans après le démarrage officiel du programme Shenzhou, les chinois ont réussi à envoyer un taïkonaute dans l'espace en 2003, à réaliser une sortie dans l'espace en 2008 et enfin à placer en orbite le premier module de la future station spatiale chinoise en 2011. Deux femmes ont déjà pris part aux vols spatiaux, dont une dans la mission en cours.

Une percée progressive sur le marché du lancement de satellites

Le vaste programme spatial chinois comporte également un volet commercial actuellement en plein essor. Les diverses évolutions des lanceurs Longue Marche, directement issus des missiles balistiques et dont le programme Shenzhou bénéficie désormais, ont permis à la Chine de se positionner sur le marché très fermé des lanceurs civils, en concurrence plus ou moins direct avec le lanceur européen Ariane, actuel leader mondial, ou le Falcon 1 américain. Les Européens, qui bénéficient d'une expérience considérable avec Arianespace, gardent encore un avantage certain sur tous ces concurrents. Actuellement les fusées Longue Marche 2, 3 et 4 dans leurs diverses versions effectuent donc des mises en orbite de satellites de télécommunication, de météorologie ou d'observation pour le compte de diverses entreprises. En fonction des versions de fusée choisies, c'est entre 2 et 12 tonnes qui peuvent être mises en orbite géostationnaire, géosynchrone ou héliosynchrone.

Dans une situation économique difficile pour bon nombre de pays, l'espace ne fait aujourd'hui plus partie des priorités des gouvernements et le programme spatial chinois est un donc un cas à part. Les coûts des missions spatiales et d'ISS en particulier sont d'ailleurs bien souvent pointés du doigt et l'espace ne fait plus vraiment rêver au sein de l'opinion publique. La conquête de l'espace fait aujourd'hui référence à une lointaine compétition acharnée entre les Etats-Unis et l'URSS durant la guerre froide. Gageons que l'ambitieux programme spatial Chinois ravivera la flamme des conquêtes spatiales. Rappelons que le plus gros chantier international est l'envoi d'Hommes sur Mars.

Envoyer par mail

Auteur : -

Commentaires

Publier un commentaire
le lanceur Shenzhou 10

Dernières actualités

Société > Sujets d'actualité

Transition énergétique, la loi enfin dévoilée

Loi transition énergétique 2014

La transition énergétique est sans doute l'un des chantiers les ...

Lire la suite
Société > Sujets d'actualité

L'UMP au bord de l'implosion

UMP au bord de l'implosion 2014

Alors que le Président de la République traverse une crise de ...

Lire la suite

Vidéo du jour

Une falaise s'effondre sur une plage...

Articles les plus lus

High-tech > Science & Technologie

L'Airbus A380 : le géant des airs

Airbus A380

L’Airbus A380 est un avion civil quadriréacteur ...

Lire la suite
High-tech > Science & Technologie

L’atome pour les nuls

symbole de l'atome

Les atomes sont parmi les composants les plus ...

Lire la suite
High-tech > Science & Technologie

Technologie : ça marche au doigt et à l’œil !

doigt ecran tactile

Exit les touches ! Fini le temps où l’on ...

Lire la suite

Suggestions d'articles

Mission Mars One : ils vont coloniser Mars

Mission Mars One 2014

C'est peut être le plus grand défi technologique de l'homme pour le XXIème siècle, mais ...

Lire la suite
  • Shenzhou 10
  • programme spatial chinois
  • conquête spatiale
  • taïkonautes