Enfant hyperactif : que faire ?

Souvent comparé à une tornade humaine, un enfant diagnostiqué hyperactif nécessite une prise en charge et une attention bien particulières, plus que de l’énervement. Ce trouble n’est pas à prendre à la légère : il touche 5% des enfants. Mais pour rendre cette hyperactivité plus gérable au quotidien, certaines démarches sont à suivre pour une meilleure prise en charge de l’enfant hyperactif que ce soit dans le cadre familial ou à l’école.

L’hyperactivité

L’hyperactivité est un trouble neurocomportemental résultant d’un trouble biochimique au niveau du cerveau (trop de dopamine et pas assez de sérotonine). Généralement, l’hyperactivité engendre divers troubles : manque d’attention et de concentration, des troubles de la perception, de la conceptualisation et de la coordination, mais aussi du langage et de la mémoire. Votre enfant semble inépuisable, alors que pour vous, il est plus difficile de tenir la distance.
Chez l’enfant hyperactif, il existe différents comportements : l’enfant a la bougeotte et ne tient pas en place, il se lève sans arrêt, grimpe et saute partout, il souffre de problèmes de concentration et n’arrive pas à fixer son attention plus de quelques minutes, il est hyperémotif et a beaucoup de mal à accepter le refus, et les situations peuvent vite dégénérer en crise de nerfs … Bref, la mission paraît difficile et pourtant la situation dépend aussi de vous et de la façon dont vous allez agir.

Pour être déclaré « hyperactif », l'enfant doit avoir reçu ce diagnostic de spécialistes s’assurant que les symptômes sont ceux de l’hyperactivité et non des symptômes engendrés par des traumatismes récents.

L’importance de l’éducation

L’éducation que vous donnerez à votre enfant est capitale dans la gestion de l’hyperactivité, car si vous ne respectez par la ligne de conduite qu’il faut vous fixer, la situation peut vite dégénérer et devenir un réel cauchemar, pour vous, pour votre enfant et pour votre Entourage. Il est donc primordial d’établir un cadre structuré à votre enfant qui a besoin d'une éducation juste, d'une discipline et d'un soutien psychologique.

L'enfant hyperactif a besoin de règles de vie très simples, de limites strictes, de réactions positives et de beaucoup d’encouragements car il a tendance à rapidement perdre confiance en lui.

Tout d’abord, l’enfant hyperactif est désorganisé, il a besoin que sa journée et son environnement soient organisés pour qu’il puisse s’y retrouver, se repérer. Il est donc important de respecter des horaires fixes (repas, lever/coucher, jeux,...) et de lui créer un environnement calme, dans lequel il se sente rassuré, et où il peut se concentrer, se calmer. Bien entendu, dans cet environnement, radio, consoles de jeux et télévisions sont à bannir, même si bien entendu il peut en profiter... mais ce sera dans une autre pièce. Avec cette structure claire, il sera plus facile pour lui de s’épanouir.

En ce qui concerne les limites, vous devez être assez stricts, tout en sachant qu’il vous faudra aussi être flexible, car il tentera toujours de vous faire plier, si la décision que vous prenez ne lui plaît pas. Attendez vous à répéter des dizaines de fois les mêmes consignes, jusqu’à ce qu’il les intègre et les accepte. Bien entendu, au début surtout, choisissez ce que vous lui interdisez, les limites qu’il ne doit pas dépasser, tout en restant constant dans ce choix. Car, si un jour vous le punissez pour quelque chose et que le lendemain vous ne dites rien pour une bêtise similaire, il saura que les limites peuvent être repoussées.

Dans vos consignes ou vos ordres, dites lui clairement les choses, pourquoi il doit faire ceci et pourquoi vous lui interdisez de faire cela. Ne vous transformez pas en tyran (car trop de rigidité peut entraîner chez l’enfant hyperactif de l’anxiété), mais paraissez sûres de vous. Il doit comprendre que c’est vous, en tant qu’adulte, qui faites autorité. Il peut facilement se sentir en insécurité si les règles changent, et a du mal à gérer les événements imprévus, auxquels il répond souvent par de l’agressivité. 
Il est important de lui donner des consignes courtes. Dès que vous lui en donnez une, mettez-vous à sa hauteur, regardez-le dans les yeux et faites-lui ensuite répéter ce que vous venez de dire, afin de voir s'il a bien compris.

Avec de la persévérance, il tentera moins de discuter tout ce que vous lui direz. Il comprendra ainsi que son cadre est stable, qu’il est en sécurité.

A savoir : le cadre de vie et les limites que vous fixerez à votre enfant, chaque membre de la famille doit en avoir connaissance et doit les appliquer pour que tout soit cohérent.

En cas de conflit

En cas de colère, de crise de nerfs ou si il ne respecte pas les consignes que vous lui avez donnés, mettez-vous à sa hauteur, répétez lui la consigne et dites lui qu’il ne la pas respecté. Ensuite conduisez-le (pas de violence, ni de cri) dans sa chambre ou dans une pièce calme (c'est-à-dire sans télévision, sans jeux, sans radio), pour qu’il se reprenne et redevienne plus tranquille et posé.
Ce qui est certain, c’est que l’éducation que vous lui donnerez doit avoir un sens, et ne doit pas changer au jour le jour, même si parfois cela est difficile. Il faut comprendre l'enfant car un enfant hyperactif reste avant tout un enfant, mais faites-lui comprendre qu'il existe un cadre à respecter quelque soit l’environnement dans lequel il se trouve (maison, école, chez des amis,...).

Lui donner confiance en lui

Un enfant hyperactif enchaîne souvent les bêtises. Les journées et les soirées peuvent vite rimer avec crise de nerfs à répétition. Pour autant, même si il est important de lui faire respecter les limites fixées, il faut aussi l’encourager pour qu’il se sente valoriser et qu’il ne perde pas confiance en lui si l’on souligne trop ses erreurs. Il a avant tout besoin de se sentir aimé.
C’est pourquoi il est important de ne pas trop l’infantiliser. Il faut le responsabiliser en lui confiant de petites tâches pour qu’il se sente utile. Mais pensez à lui donner quelque chose qu’il pourra réussir, pour qu’il ne se confronte pas à un nouvel échec. Faites-lui faire son lit, ranger son linge dans son armoire ou sortir les poubelles.
En le responsabilisant ainsi, il aura ainsi l’occasion de montrer de quoi il est capable.

N’oubliez pas de le féliciter une fois qu’il aura accomplit sa tâche avec succès, car il en a besoin. Il a besoin de voir que vous lui faites confiance et que vous êtes conscients qu’il peut bien faire les choses. Si la première tâche se déroule sans histoire, encouragez-le et donner lui une autre tâche. Ainsi, occupé et heureux de vous faire plaisir, il canalisera son énergie et se calmera. Pour que tout se passe pour le mieux, donnez-lui une tâche à accomplir à la fois. Pas besoin de le surcharger car ceci risquerait plutôt de l’énerver.

Pensez aussi à vous montrer compréhensive. Ecoutez votre enfant et intéressez-vous à ses activités et à ce qu’il fait ou aimerait faire. Apprenez-lui à mettre des mots sur les émotions, à verbaliser les sentiments, car souvent il se sent incompris et ceci l’énerve d’autant plus. Prenez du temps avec lui lorsque vous sentez qu’il est calme, même si vous vous sentez épuisées de votre journée.

Ne pas oublier de le féliciter, de le récompenser

Comme généralement, l’enfant hyperactif enchaîne bêtises-crises-pleurs-cris et qu’il aura été puni pour son mauvais comportement, n’oubliez pas, par contre de le féliciter pour ses comportements positifs. Ainsi, il finira peut-être par comprendre qu’une bonne action entraîne une récompense. En plus de faire un bilan (le soir par exemple) sur ses bonnes actions de la journée (même si ce n’est qu’un petit détail) et de le féliciter, trouvez un système semblable à celui des « bons points » de l’école pour le récompenser. Expliquez-lui le système de points et ce que cela peut lui rapporter : il pourra regarder un peu plus la télévision, jouer à un jeu avec vous, inviter un copain à dormir à la maison,...

Lui montrer l’exemple et éviter les situations de crise

Pensez que si toute la journée, vous reprenez votre enfant sur son énervement, ses crises,... il va de soi que vous devez vous-mêmes maîtriser le self-control, sinon il ne comprendra pas.

Il ne faut donc pas crier plus fort que lui. Expliquez-lui clairement pourquoi vous refusez qu’il fasse quelque chose tout en gardant votre calme. Si vous vous mettez à crier, la crise de nerfs risque de s’amplifier.
Il est donc important de contrôler ses émotions, de ne pas montrer que l’on se sent débordé par son comportement. Vous devez lui montrer que vous gardez le contrôle.

Pour réussir ce tour de magie, il ne faut donc pas céder au stress de la situation ou baisser les bras. Il faut apprendre à gérer la situation avec calme et ne pas s’énerver.

En plus de cela, pour éviter de nombreuses crises, voyez les lieux où votre enfant pique le plus souvent de colère, là où il devient ingérable. Vous vous apercevrez vite que c’est généralement dans les lieux bruyants et très animés qu’il s’énerve le plus vite, se met à crier ou à courir partout. Pour éviter cela, fuyez les endroits comme les supermarchés, les centres commerciaux ou les cinémas.

Et à l’école ?

Non, l’hyperactivité de votre enfant ne s’arrête pas à la porte de l’école, et il est indispensable de prévenir l’équipe enseignante de ce trouble. Car, dites-vous que si vous avez du mal à le gérer quand il est seul, pensez qu’à l’école, sa maîtresse devra le gérer en plus de ses 20 autres camarades.

Il est important d’expliquer à l’enseignant ce a quoi il doit s’attendre et lui dire en quoi votre enfant est différent. Cela pourra faciliter la vie de votre enfant à l’école.

Les traitements

Alors qu’outre-Atlantique, les médicaments sont souvent prescrits aux enfants hyperactifs, en France, beaucoup de médecins s’accordent à dire que ce qui est primordial pour un enfant hyperactif c’est d’être bien entouré et de se sentir aimé.
Mais parfois, selon les cas, certains enfants recevront une médication comme le Ritalin, le Concerta ou le Straterra, afin qu’ils se sentent mieux et soient moins sous-pression. Par contre, il existe certains effets secondaires suite à ce traitement comme la perte d'appétit, l'insomnie, l'anxiété...

Sachez enfin que, pour un peu plus de la moitié des enfants atteints d’hyperactivité, les symptômes disparaîtront à l'adolescence ou au début de l'âge adulte.

Un enfant hyperactif est un enfant avant tout

Même si votre enfant hyperactif devient un véritable petit démon, il faut garder en tête qu’il est un enfant avant tout, et que ce trouble amène une belle énergie. Les enfants hyperactifs ont souvent un potentiel intellectuel élevé, et surtout, une imagination et une créativité remarquables et débordantes !

Le saviez-vous ?

L’hyperactivité est une maladie complexe, dont on ne connait pas encore précisément les causes. Mais des études ont tout de même montré que dans 50 % des cas d’hyperactivité, au moins un membre de leur famille présente les mêmes symptômes. L’hérédité est donc à prendre en considération. 

Envoyer par mail

Auteur : M Le Coultre - Le 09 octobre 2009

Commentaires

Publier un commentaire

Débo

Mon fils, souffre aussi de problèmes de comportement et ce depuis l'age de ces 18 mois, j'ai vécu l'enfer jusqu'à ce qu'il ait consulter une pédopsy super bien. Aujourd'hui mon fils est traitée par abilifine, il est plus calme évidemment c'est pas toujours facile, accrochez vous, ça fini toujours par s'améliorer.

30 juillet 2013 à 13h24

Répondre

alma

Ma fille a 8 ans et est suivit par un psychiatre, va chez l'orthophoniste et participe à des groupes avec des enfants comme elle. Elle a le trouble du comportement et est hyperactive. Nous avons tous essayé au niveau des conseils que l'on nous a proposé pour son éducation, mais c'est de pire en pire. J'ai l'impression que depuis qu'elle est suivit c'est pire à la maison mais effectivement ,mieux à l'école. Je ne sais plus quoi faire car c'est très dur à gérer au quotidien. Elle n'a pas de traitement mais je pense le demander si cela est possible. J'espère qu'un jour ça ira mieux car pour le moment on vie l'enfer. Si quelqu'un a des conseils à nous donner, je les prends. Merci.

15 octobre 2013 à 15h19

kiarameil

j ai un petit garcon de 4 ans et cela fait un bon moment que je crie au secour au pret des medecin et personne ne c bouger jusqu a present !! la situation devien critique car la seule nourice que g trouver et sur le point de donner sa demission et moi de perdre mon travail faute de disponibilite et l ecole ne le veut plus que deux jour par semaine !! je troue ca deplorable que la medecine laisse trainer les chose a ce point la !! comment faire acepter son enfant ???

30 octobre 2010 à 09h08

Répondre

Loue

Bjr à vs, comme je vs comprends... Le mien va bientôt avoir 6ans et ilest hyperactif comportemental. Personne ne voulais le garder petit et encore maintenant ms ça va mieux qd on comprend le comment du pourquoi ms cela est dure et difficile. Allez voir un pédopsychiatre expliquer votre venu et lui vs aidera... Mon petit avait des problèmes d'oreilles qu'on ne soupçonnait pas des problèmes de vue aujourd'hui avec le traitement ça va mieux il porte aussi des lunettes qu'il a choisi lui mm. Sa demande bcp c'est épuisant ms avec du calme bcp recul de patience de persévèrence ya de la tolèrance il faut sans cesse l'occupè vers qqchose qu'il aime qui l'intèresse et que vs soyez fière de ce qu'il fait sa demande bcp ms ils ont besoin de savoir qu'ils st aimè et utile petit de taille ms grand ds leur tête tjrs se mettre à leur niveau qd on les parles répètès les consignes les règles et les récompenser qd ils ont bien compris. Sa fait presque 1an que mon fils est suivi par un pédopsychiatre ms aussi par un ancien médecin scolaire il a fait énormèment progrès et moi aussi avec je suis fière de lui ms je sais que j'ai encore à faire... Ils n'ont pas demandè à être là ont les a voulu à ns d'assumer on m'a tjrs dit il vaut mieux un enfant qui bouge qu'un enfant ds un fauteuil car la fatigue le mental n'est pas du tt la même chose. Je vs souhaite. Je vs souhaite bon courage n'abandonnez pas relevez la tête et avancez vs y arriverez.

29 mars 2012 à 19h03

augli

mon enfant à des trouble d'attention et hyperactif méme l'orthophoniste ne vient à bout ce matin je me suis complètement destabilisé au point à pleurer que faire?

06 mai 2010 à 11h04

Répondre

Emma

Bonne lecture!
Journal of child psychology and psychiatry and allied disciplines JPPDAI 1989, vol. 30, no2, pp. 219-230 (24 ref.)
FREIRE, Antonio Carlos Cruz and PONDE, Milena Pereira. A pilot study of prevalence of hyperactivity and attention deficit disorder in scholar children in Salvador, Bahia, Brazil. Arq. Neuro-Psiquiatr. [online]. 2005, vol.63, n.2b, pp. 474-478
Canadian Journal of School Psychology, Vol. 9, No. 1, 16-27 (1985)
Prévalence de l'hyperactivité-impulsivité et de l'inattention chez les enfants canadiens : Constats tirés des données du premier cycle (1994-1995) de l'Enquête longitudinale nationale sur les enfants et les jeunes - Juin 2002 in http://www.rhdcc.gc.ca/fra/sm/ps/dsc/fpcr/publications/recherche/2002-000170/page00.shtml

05 janvier 2010 à 10h39

Répondre

Invité

moi ma fille est hyper active pour aller a lecol elle est obliger de prendre de la RITALINE et ce n'est pas marrant pour elle parcequ'elle a 12 ans

04 novembre 2011 à 13h39

sophie

Voici un lien très utile
http://www.aqetaoutaouais.qc.ca/PDF/LIGNES%20DIRECTRICES.pdf

24 novembre 2009 à 04h22

Répondre

Nico

Je suis également à la recherche de cette étude si quelqu'un la connait, pourrait-il nous la faire connaître.
Merci.

28 octobre 2009 à 09h07

Répondre

François

Quelqu'un sait où se trouve l'étude sérieuse qui démontre que le TDAH touche 5% des enfants? J'ai posé la question à une chercheure québécoise reputée et elle a été incapable de me la trouver. Arnaque?

François

12 octobre 2009 à 06h10

Répondre
hyperactivité chez l'enfant

l'hyperactivité touche 5% des enfants.

Dernières actualités

Société > Sujets d'actualité

Qui sont les millennials, cette nouvelle génération ?

Qui sont les millennials 1

  "Millennials" c'est le nouveau mot utilisé dans ...

Lire la suite
Société > Sujets d'actualité

Les cercles de jeux font leur retour à Paris

Les cercles de jeux font leur retour à Paris

  La transition s’effectue en douceur. Depuis la dissolution ...

Lire la suite

Vidéo du jour

Une falaise s'effondre sur une plage...

Articles les plus lus

Amour > Famille

L'ami imaginaire chez l'enfant

enfant ami imaginaire

Entre 3 et 5 ans, de nombreux enfants ...

Lire la suite
Amour > Famille

Enfant hyperactif : que faire ?

hyperactivité chez l'enfant

Souvent comparé à une tornade humaine, un ...

Lire la suite
Amour > Famille

Pipi au lit : quelques astuces pour en finir

pipi au lit

Les problèmes de pipi au lit la nuit, tous les ...

Lire la suite

Suggestions d'articles

Mon enfant dit des « gros mots »

Gros mot de la bouche d'un enfant

Les enfants ont des âges rebelles ! Après la période « caca boudin » des ...

Lire la suite

La rentrée à la maternelle : comment la réussir ?

rentrée scolaire

La rentrée à la maternelle constitue un moment charnière de la vie de votre enfant. Si ...

Lire la suite

Enfants surdoués, une précocité handicapante

enfant précoce école

On pense à tort que les enfants surdoués sont avantagés dans le vie. En fait, il n'en ...

Lire la suite

Le soutien scolaire

soutien scolaire après les cours

Le cas de certains élèves qui éprouvent des difficultés à suivre les cours dispensés ...

Lire la suite

L'enfant handicapé à l'école

enfant handicapé en fauteuil roulant

Les enfants handicapés comme les enfants normaux ont le droit de fréquenter les écoles ...

Lire la suite
  • crise de nerfs
  • bouge
  • manque de concentration
  • confiance en lui
  • traitement
  • saute
  • école
  • trouble du comportement
  • hyperactivité
  • enfant hyperactif
  • éducation
  • trouble de la mémoire
  • diagnostic
  • manque d’attention